Pages Menu
Facebook
Categories Menu

Posted by on Juin 18, 2017 in Journal de bord, La préparation | 0 comments

Le « Vegan »: une tendance qui se poursuit jusqu’à la bière

Par Karine-Anne Guertin, Marie-Ève Grenier, Mylène Durand et Evelynn Roy

Qui n’a jamais entendu parler de végétarisme ou végétalisme? Ces régimes alimentaires sont de plus en plus populaires dans la population et sur les réseaux sociaux. Prenons l’exemple de la populaire page Facebook Tasty, qui s’est fait connaître pour ses recettes sous forme de court vidéo. En mars 2017, la page a suivi la vague en créant Tasty Vegetarian, ce qui s’est avéré être une très bonne initiative, puisqu’elle compte déjà plus de 4 millions d’abonnés. L’engouement est également visible sur Instagram où #vegan a fait ses preuves avec plus de 40 millions de publications. De plus, l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) a trouvé que le côté santé d’un produit était presque aussi important que le prix dans les critères décisionnels d’achat [1].

L’industrie de la bière ne fait pas exception et est aussi touchée par la popularité grandissante de cette tendance qu’est le végétarisme. De grandes marques de bière prennent le virage et changent leurs techniques de production pour concevoir des breuvages qui respectent les contraintes du vegan, notamment la bière Guinness.

Qu’est-ce qui fait qu’une bière est vegan ou non?

La bière est constituée à partir de quatre ingrédients de base, soit l’eau, le malt, le houblon et la levure. Bien qu’à première vue, ces composantes semblent inoffensives pour les vegans buveurs de bière, c’est plutôt dans la production de ce breuvage que les choses se corsent.

En effet, quatre substances d’origine animale peuvent être utilisées pour la saveur ou la coloration de la bière dans son processus de brassage. Les noms des quatre coupables sont les suivants:

  • Ichtyocolle: forme de colle issue des poissons pour clarifier la bière, surtout utilisée pour les bières en fût.
  • Gélatine: clarificateur issue de la peau et des os de certains animaux, principalement les bovins.
  • La caséine / caséinate de potassium: clarificateur obtenu à partir d’une protéine de lait de vache.
  • Albumine: protéine soluble dans l’eau qui est issue du sang d’animal pour la fermentation de la bière [2].

Ces quatre substances n’apparaîtront pas nécessairement sur l’étiquette d’ingrédient puisqu’aucune loi ne l’oblige. Il est donc important de faire des recherches afin d’identifier les bières de type vegan de celles qui ne le sont pas.

Pour vous qui n’avez pas le temps de chercher avant votre 4@7 de ce soir, voici une liste de quelques bières que vous, véganes aguerris, pouvez consommer sans retenue (ou presque). Heureusement pour vous, plusieurs d’entre elles font déjà partie de celles que nous consommons sur une base régulière.

Dans la catégorie des bières blondes:

bières blondes Ab InBev
Maintenant pour vous, amateurs de bières plus foncées:

bières foncées Ab InBev

Notre avons fait un test de goût afin de voir si nos palais amateurs allaient détecter la différence. Sans grande surprise, nous n’avons pas été capables de différencier le fait que la bière soit végane ou non. Qu’en est-il pour vous ?

Les facteurs décisionnels d’achat pour les consommateurs de bières

Dans le domaine de la bière, des chercheurs ont fait une étude en Espagne auprès de 281 consommateurs pour tenter de déterminer les facteurs décisifs dans leur choix de consommation de ce breuvage [3]. Trois facteurs principaux ont été soulevés, soit la loyauté envers la marque, l’image de marque ainsi que les associations de marque. La loyauté fait référence à une série de perceptions positives, qui se transformera en engagement réel du consommateur envers la marque. Pour ce qui est de l’image de marque, il s’agit de la représentation perçue par le public. Finalement les associations de marque sont tous les éléments qui évoquent une marque pour le consommateur. Le fait d’avoir une gamme de bières végane peut potentiellement aider à la loyauté de la clientèle qui recherche ce type de produit puisque l’offre est actuellement assez limitée. De plus, dans l’esprit des personnes véganes, une entreprise qui offre des bières qui répondent à leurs critères aura probablement une meilleure image de marque.

Euro Marketing 2017

En juin prochain, dans le cadre du voyage d’études Euro Marketing, nous aurons la chance d’aller visiter Ab InBev au pays de la bière, c’est-à-dire la Belgique. Cette occasion sera pour nous le moment idéal d’approfondir nos connaissances sur les principaux facteurs considérés par les consommateurs européens lors de l’évaluation de la qualité et du goût d’une bière, qu’elle soit végane ou non.

Cette visite nous permettra aussi de demander aux gestionnaires de l’entreprise s’ils comptent développer le segment de la bière pour les végétariens/végétaliens, mais aussi s’ils comptent mettre de l’avant cet atout dans la communication et la promotion de leurs produits.

Bibliographie

[1] MarketLine (2014). Case study. Health & Well-Being: Superfoods see super sales. December 2014.

[2] Van Lennepkade, N. (2013). Quelles bières vegan pour fêter St Patrick sans cruauté? https://www.vegactu.com/actualite/bieres-veganes-veganpour-feter-st-patrick-sans-cruaute-4513/ (Page consultée le 14 juin 2017).

[3] Calvo Porral, C. et Levy-Mangin, J.-P. (2015). Global brands or local heroes?: evidence from the Spanish beer market. British Food Journal, 117(2), 565-587.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *